10. Januar 2017

Le « langage » de Monsieur Bartolomeo

Phrases creuses, mots vides et formulations insipides

Quand est-ce que nos hommes politiques se rendront-ils compte enfin qu’ils sont en train de creuser leur propre tombe, à force d’utiliser des phrases creuses, des mots vides et des formulations insipides qu’on peut répéter à longueur d’année ? Le président de la chambre des députés, Mars di Bartolomeo est un spécialiste en la matière et a encore donné un exemple de cette dialectique politicienne effrayante. Les bras croisés devant sa magnifique bedaine, il s’est soucié, lors de la réception de nouvel an à la Chambre, de la perte de confiance du bon peuple vis-à-vis du monde politique. Et il a fait appel à la droiture, l’engagement, la patience et la proximité envers les petits gens. Des qualités certes  honorables, mais bafouées chaque jour par des hommes et des femmes politiques qui ont décollé des réalités, sont tout sauf un exemple de droiture pour les uns ou de proximité pour les autres. Et ce blabla répétitif où Bartolomeo veut se recentrer sur un langage adapté (il emploie dans son discours en luxembourgeois le terme français de « langage ») basé sur des arguments et non pas de la démagogie bon marché. Comme si l’appel à la droiture, l’engagement, la patience et la proximité, sans autre précision, était autre chose que cela !

  • image
    Nomi

    All dei schwaetzen fir naischt ze so'en haalen sech fir d'Elite vum Land.

     

    Bei deenen ass et "" un fleuve de paroles dans un desert d'idées "" an soss Naischt.

    De Bierger hellt hinnen daat net mei' oof an geseit sech als domm verkaaft, wat des Gambia schons all ze oft gemeet huet !

Kommentieren